Attachement à qui?

L'attachement est un concept qui tend à susciter la controverse. Certains courants de pensée soutiennent que cela génère dépendance et souffrance. D'autres, en revanche, affirment qu'il est nécessaire de créer des liens étroits et de le promouvoir, en particulier lorsqu'il est lié à la famille.

Chacun avec ses raisons, la vérité est qu’il s’agit d’un terme entouré de confusion. Ne donnez donc un sens réel qu’à comprendre le rôle qu’il joue dans la vie de chacun.

Monica Venegas, auteur du livre Dale Next! Editorial Urano, explique que dès le moment où nous sommes conçus, nous générons un attachement à la mère et grandissons avec elle, car c’est elle qui couvre les besoins à la fois physiques et affectifs, ce qui n’est pas négatif ", le problème commence lorsque cet attachement Nous prenons des décisions et laissons aux autres notre capacité d'agir et de réfléchir à ce qui nous profite.

"Cela a une incidence lorsque nous renonçons à ces capacités et que nous nous adonnons à un postulat selon lequel nous blâmons tout ce qui nous entoure pour les expériences négatives que nous vivons du fait de notre manque d'action."

Cela aboutit à la création d'une barrière qui empêche le progrès et paralyse la peur, générant ainsi une dépendance émotionnelle à l'égard des autres, des objets, des capacités personnelles, entre autres.

Un exemple de ceci est le cas où un individu a une vaste culture, peut au départ offrir une conversation intéressante, mais s'efforce progressivement de démontrer ses connaissances et estime que cela se place au-dessus des autres.

Loin de partager et de laisser ce bénéfice profiter également aux autres, il est enraciné dans la littérature et la recherche pour renforcer sa sécurité dans le seul domaine dans lequel il pense pouvoir être utile. Sa dépendance est centrée sur l’apprentissage, et quelque chose qui pourrait être très positif devient l’inverse, puisqu’il l’utilise pour nuire à son entourage.

 

Attachement à qui?

L’expert a déclaré que nous pouvions développer cette relation dans n’importe quel type de relation: famille, couple, amitié et même travail, ce qui est grave, c’est que, parce qu’elle implique la dépendance, nous cherchons à nous sentir acceptées ou reconnues comme étant en sécurité, mais le risque que pour y parvenir "nous sommes capables de mourir nous-mêmes pour donner la vie aux autres".

 

Comment ça marche?

Cela se traduit par cesser de faire ce que nous voulons vraiment répondre aux attentes des autres, générer des conflits pour ne pas gêner les autres, et aussi difficile que cela puisse paraître crée un espace de confort que nous ne voulons pas quitter et que nous ne justifions pas par des phrases comme: «c'est ma croix», «cela m'a touché, je dois l'accepter», «trouver du travail est très difficile, je ferais mieux de rester où je suis».

Pour éviter que cette vertu vertueuse ne se retourne contre nous, il faut apprendre à respecter ce qui nous a été donné: la liberté dans son expression large. "La première étape consiste à assumer la responsabilité de la prise de décision. Nous pouvons faire des erreurs, mais nous aurons la certitude que nous avons fait ce que nous pensions être approprié."

"Vous pouvez recevoir et écouter des conseils, mais sachez que le dernier mot vient de vous. Un autre point est de fixer des limites et de ne permettre à personne de nous faire chanter avec des idées qui prétendent mettre l'amour, comme «je ne compte pas sur toi» ou «ne viens pas parce que tu ne m'aimes pas», vous devez vous affirmer et bien montrer qu'il y a de l'affection, mais que ce n'est pas conditionné à la façon dont nous décidons ", conseille l'auteur.

L’attachement peut devenir une condition de peur s’il cesse d’être un résultat d’amour, d’engagement, de service pour notre propre intégrité et de remise consciente à nos proches, nous devons donc rester vigilants pour nous assurer que notre affiliation envers quelqu'un d'autre, répond à un scénario stimulant et stimulant qui encourage la croissance complète.


Médecine Vidéo: L'attachement Amoureux (avec le Dr Marc Pistorio et Ali Habibbi) (Octobre 2020).